Deutscher Filmpreis

Le Deutscher Filmpreis, l’équivalent des Oscars aux Etats-Unis ou des Césars en France, a vu le jour en 1951. La cérémonie a lieu à Berlin au Palais am Funkturm au mois d’avril. Les prix récompensent les meilleurs films, acteurs/actrices, réalisateurs/réalisatrices et technicien.ne.s du cinéma allemand et sont décernés par les membres de la Deutsche Filmakademie et de la Filmförderungsanstalt.

Le processus de sélection

La décision est prise par les quelque 2000 membres de l’Académie, issus de toutes les branches artistiques de l’industrie cinématographique. Les membres sont répartis au sein de plusieurs commissions. Il existe au total trois commissions de présélection :

  • une commission de présélection SPIELFILM représentant toutes les sections. Elle est composée de 19 personnes dont deux membres du Bundestag
  • une Commission du FILM DOCUMENTAIRE. Elle est composée de neuf membres avec trois représentants de la Section du Film Documentaire, quatre représentants d’autres sections, un membre du Bundestag et un membre de la commission issue du métier mais externe à la Film Academy
  • une Commission KINDERFILM. Elle est composée de dix membres, représentants de toutes les sections et un membre du Bundestag. Les films de cette commission sont également projetés en présence d’enfants de différentes tranches d’âge.

La sélection se déroule en trois étapes :

  1. La première est la réception des candidatures et la présélection. Les  films soumis doivent répondre à différents critères pour être admis à la présélection. Chaque catégorie présélectionne un nombre différent de film. Chaque membre reçoit des échantillons de tous les films afin que chacun ait suffisamment de temps pour tout visionner.
  2. La deuxième étape consiste en l’élection des nominations. Tous les films présélectionnés sont examinés par les membres de l’académie. Chaque section décide de « sa » catégorie. Six films seront nominés dans la catégorie long-métrage, deux pour la catégorie meilleur film pour enfants et trois dans les autres catégories.
  3. Enfin la troisième étape est l’élection des lauréats. Les membres de la Deutsche Filmakademie votent parmi toutes les candidatures, indépendamment de la section, pour toutes les catégories de prix, par un vote secret et écrit. Seul le notaire connait les résultats dévoilés lors de la cérémonie de remise des prix.

La statuette LOLA

Avec un total de 2,955 millions d’euros de prix et de nominations, la LOLA est le prix culturel le plus doté d’Allemagne. Il est remis par la commissaire du gouvernement fédéral pour la culture et les médias, la ministre d’État Prof. Monika Grütters.

Depuis 1999, les formes féminines du trophée ont valu à la statuette le surnom de « Lola », et en référence aux nombreuses occurrences de ce prénom dans les productions cinématographiques allemandes : le rôle de Marlène Dietrich dans L’Ange bleu, le film Lola de Werner Fassbinder et Cours, Lola, cours de Tom Tykwer.

La statuette a été crée par la designeuse new-yorkaise Mechthild Schmidt (HouseWorks digital media) en 1999. Elle en supervise la réalisation, le modèle du sculpteur Roman Strobl et le moulage de la fonderie ARA-Kunst. Elle a travaillé en étroite collaboration avec Stephan Reichenberger de Schwanstein Entertainment, alors directeur créatif du DEUTSCHE FILMPREIS, afin de donner une nouvelle image à la cérémonie.

« Je voulais donner à la statue de la confiance sans être stricte, de la force sans devenir statique. Il était important pour moi de donner au GERMAN FILM AWARD sa propre identité, et non de m’appuyer sur ce que d’autres prix symbolisent déjà avec succès : Alors que l’Oscar®, debout, marque fermement et symétriquement le combattant et le vainqueur, avec le Filmpreis, j’ai voulu incarner la dynamique du mouvement, la muse, l’inspiration qui mène à l’œuvre d’art ». (Mechtild Schmidt)

Les catégories

  • Bester Speilfilm
  • Bester Dokumentarfilm
  • Bester Kinderfilm
  • Beste Regie
  • Bestes Drehbuch
  • Beste weibliche Hauptrolle
  • Beste männliche Hauptrolle
  • Beste weibliche Nebenrolle
  • Beste männliche Nebenrolle
  • Beste Kamera / Bildgestaltung
  • Bester Schnitt
  • Beste Tongestaltung
  • Beste Filmmusik
  • Bestes Szenenbild
  • Bestes Kostümbild
  • Bestes Maskenbild
  • Beste visuelle Effekte und Animation
  • Besucherstärkster Film

Toutes les informations sur le site officiel de la cérémonie.

Internationale Filmfestspiel Berlin

La Berlinale ou Internationale Filmfestspiel Berlin se tient chaque année à Berlin au mois de février pendant une dizaine de jours.

HISTOIRE

Né en 1951, au cœur d’une Allemagne divisée et au début de la guerre froide, le festival est conçu comme une « vitrine du monde libre ». Initialement, le festival se déroulait en été avant d’être programmé au mois de février à partir de 1978. Depuis la première édition, la récompense suprême est l’Ours d’Or sculpté par Renée Sintenis. Avec les années, le festival a su devenir un lieu d’échange interculturel et une plate-forme d’exploration cinématographique. À ce jour, il est considéré comme l’un des plus politiques festivals de cinéma.

Tout comme le festival de Cannes en 1968, la Berlinale a au aussi connu une interruption en 1970. En effet, un scandale éclate autour du film O.K de l’allemand Michael Verhoeven, film qui met en scène le viol et le meurtre d’une Vietnamienne par des soldats américains. La réaction indignée du public, divisé sur sa sélection, et des débats houleux poussent le jury, alors présidé par l’Américain George Stevens à démissionner et le Festival est annulé deux jours avant la remise des prix.

LE FESTIVAL AUJOURD’HUI

A sa tête aujourd’hui, Carlo Chatrian, ancien directeur artistique du Festival de Locarno, et Mariette Rissenbeek, ancienne gérante de German Films. Chaque année, environ 400 films de tous genres, durée et formats sont projetés dans les onze différentes sections et présentations spéciales de la Berlinale. Du long métrage aux formes documentaires en passant par les expérimentations artistiques, le public est invité à rencontrer des milieux, des modes de vie et des attitudes très contrastés, à mettre à l’épreuve ses propres jugements et préjugés et à stimuler son expérience de spectateur parmi des formes narratives classiques et des formes esthétiques singulières. Le programme se nourrit également d’un dialogue intense avec son public à travers un riche éventail de discussions avec le public et de panels d’experts facilite une participation active au festival.

FESTIVAL ET PARITE

Lors de la 69ème édition en 2019 a eu lieu la conférence « Gender, Genre and Big Budgets ». Organisée par Women in Film and Télévision (WIFT) et International Women’s Film Festival de Dortmund/Cologne. Cette manifestation a été l’occasion pour la Berlinale de s’engager en faveur de la parité.

« Après les festivals de Cannes, Venise, Annecy ou encore Toronto, c’est Dieter Kosslick, le directeur de la Berlinale, qui a signé le 9 février dernier la charte 5050×2020. Il s’engage ainsi à « œuvrer pour augmenter la parité dans le Festival et le Marché du film ». « Avec 5050×2020, la Berlinale s’engage à améliorer la parité au sein de sa direction et de ses comités de sélection à l’horizon 2020 et à publier les statistiques de parité des distributions des films soumis et sélectionnés », précise la Berlinale dans son communiqué.

Der Mann, der seinen Mörder sucht de Robert Siodmack

Réalisateur: Robert Siodmack
Année: 1931
Avec: Heinz Rühmann, Lien Deyers, Raimund Janitschek

RESUME

Cette comédie conte l’histoire d’un homme, Hans Herfort, qui décide de mettre fin à ses jours. Ne pouvant se résoudre à s’exécuter lui-même, il engage un homme pour le faire à sa place. Cependant, alors qu’il ne lui reste que douze heures à vivre, il rencontre une jeune femme… et une nouvelle raison de vivre…

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • Le film a été tourné à Berlin et dans les studios d’Ufa à Neubabelsberg.
  • La première a eu lieu le 5 février 1931 dans la Gloria-Palast à Berlin. La première diffusion à la télévision en 2011.
  • Le film est également connu sous les titres The Sky Candidate et Jim , the Man with the Scar.
  • Initialement, le film dure 98 minutes, malheuresement cette version a été perdue. Désormais c’est une version de 50 minutes que l’on peut regarder.
  • Le film est basé sur une pièce de théâtre d’Ernst Neubach, elle-même inspirée de l’œuvre de Jules Verne « Les tribulations d’un Chinois en Chine ».

POUR VOIR LE FILM

Le Film est visible ici, avec des sous-titres français.

NOTE PERSONNELLE

Je ne me souviens pas comment je suis tombée sur ce film, sans doute un peu par hasard. Néanmoins, il avait laissé une empreinte agréable sur mon esprit, séduite par cette histoire cocasse et plutôt efficace.

Landrauschen

Réalisatrice: Lisa Miller
Année: 2018
Avec: Nadine Sauter, Heidi Walcher, Volkram Zschiesche

RESUME

Il en résulte un film peu conventionnel où l’on suit le parcours de Toni, une jeune femme fraîchement diplômée. Toni a étudié et vit à Berlin. Malgré ses diplômes et plusieurs stages, elle ne parvient pas à trouver du travail. Pour des problèmes d’héritage elle retourne dans son village natal, en Bavière. Elle y reste quelque temps, trouve un travail de reportrice locale pour lequel elle est surqualifiée. Là-bas, elle rencontre Rosa, avec qui elle passe un été mouvementé avant d’être rattrapé par des questions existentielles.

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • La réalisatrice s’est inspirée de la pièce de théâtre « Scherz, Satire, Ironie und tiefere Bedeutung » de Christian Dietrich Grabbe.
  • Le film a été projeter à la Berlinale et au Festival Max Ophüls Preis. Il y a d’ailleurs remporter plusieurs prix dont celui du meilleur film (Bester Spielfilm)

NOTE PERSONNELLE

Landrauschen que l’on peut qualifier de « Heimatfilm » est un véritable coup de cœur du Festival Max Ophüls Preis 2018, c’est pourquoi j’avais très envie de partager cette belle découverte. L’histoire nous plonge dans l’atmosphère authentique d’un village bavarois avec ses personnalités atypiques, son dialecte (d’ailleurs ces passages sont sous-titrés en allemand, « Hochdeutsch »), et ses us et coutumes. Si l’affiche possède un aspect très kitch, pas très reluisant, en revanche l’histoire, elle, n’a rien de kitsch. On suit avec délectation le retour, dans son village natal, de cette jeune femme en proie à une crise existentielle. Une confrontation s’établit entre la vie urbaine et rurale dans un esprit burlesque, sans pour autant s’enliser dans les stéréotypes. Une comédie satirique qui fait sourire et réfléchir ; et une première œuvre prometteuse pour la réalisatrice.

SITE OFFICIEL: Pour plus d’information vous pouvez visitez le site officiel du film.

A ECOUTER: Une courte intervie de l’équipe du film pendant le Festival Max Ophüls Preis: Landrauschen: « Dekonstruktion des Heimatfilms »

SMS für dich (Coup de foudre par SMS)

Réalisatrice: Karoline Herfurth
Année: 2016
Avec: Karoline Herfurth, Frederich Mücke, Katja Riemann, Frederik Lau

RESUME

Clara Sommerfeld, auteure berlinoise de livres pour enfants, perd tragiquement son petit ami dans un accident. Elle revient vivre à Berlin en colocation avec sa meilleure amie, mais l’inspiration n’est plus au rendez-vous. Pour noyer son chagrin elle envoie des sms sur le portable de son petit ami disparu dont le numéro à été réattribué à un certain Mark, journaliste sportif. Mark se met alors à la recherche du mystérieux auteur de ses sms…

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • Le film est basé sur le roman de Sofie Cramer publié en 2009.
  • SMS für dich est le premier long métrage de Karoline Herfurth. Auparavant, elle avait réalisé le court métrage « Mittelkleiner Mensch »(2012). Le film a été nominé pour le Jupiter et le Bambi et a remporté le FairFilmAward des cinéastes.
  • Le film a été tourné à Berlin et à Brandebourg, plus particulièrement dans le Westhafen de Berlin, au Friedrichsbrücke, à la cathédrale de Berlin et le long de la Spree. Des lieux avec lesquels Karoline Herfurth entretien des liens particuliers.
  • Selon la réalisatrice, ce film rappelle par différents aspects d’autres comédies romantiques comme « Quand Harry rencontre Sally », « Notting Hill », « Vous avez un message », « Nuits blanches à Seattle »

NOTE PERSONNELLE

Un film à regarder un dimanche pluvieux emmitouflé dans un plaide confortable et une tasse de chocolat chaud à la main. Dans la série des comédies, et plus particulièrement des comédies romantiques, celle-ci m’a rappelé, dans une certaine mesure, PS : I love you de Richard LaGravanese. Cependant, il ne faut pas s’attendre à ce niveau de cinématographie. Il s’agit une nouvelle fois d’un film léger, loin d’être parfait certes, mais qui a le mérite d’être sans prise de tête. Il est aussi important d’avoir ce genre de film sous la main, notamment lorsque l’on apprend une langue et que l’on veut simplement travailler son écoute. Une comédie à garder sous le coude pour un moment détente tout en apprenant l’allemand.

Thirty

Réalisatrice: Simona Kostova
Année: 2019
Avec: Pascal Houdus, Övünç Güvenisik

RESUME

Un vendredi d’octobre. 24 heures dans la vie d’une clique d’amis. Les six sont au début de la trentaine, célibataires et vivent à Berlin-Neukölln. L’auteur Övünç est en crise d’écriture. Pascal, qui a réussi dans son travail, est accablé par le désir de jeter sa vie actuelle pour une autre. Lui et l’actrice Raha se sont récemment séparés. Raha travaille sur sa carrière, mais c’est un long chemin à parcourir jour après jour. Kara préfère passer la nuit chez des amis plutôt qu’à la maison. Henner passe la journée dans un bar et y rencontre Anja, qui aime ensuite rejoindre les autres. Tout le monde perçoit son existence actuelle comme quelque chose de transitoire. Entre l’histoire traînante et la perspective – toujours déformée – d’une vie à venir, un espace vide s’ouvre, mais l’intensité de l’ici et maintenant devient également perceptible : dans un condensé d’instants fugaces. Le soir, les amis fêtent l’anniversaire d’Övünç. Les vols passent du mode jour au mode nuit. Promenade dans les rues et les bars de Neukölln. La fureur de la vie. Pour que ce qui est devenu si rare pendant la journée se réalise enfin.

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • Il a été présenté en première mondiale à l’IFF Rotterdam avant d’être projeté à la Berlinale. Il était également selectionné à l’édition 2019 du Arte Kino Festival.
  • Premier long métrage de la réalisatrice Simona Kostova. Elle (1983, Bulgarie) a étudié le théâtre à Sofia. En 2009, elle s’installe à Berlin où elle étudie la réalisation à l’Académie allemande du cinéma et de la télévision de Berlin.

NOTE PERSONNELLE

Thirty faisait partie de la sélection 2019 du Arte Kino Festival, un festival de film en ligne gratuit. J’avais signalé ce film sur le compte Instagram dès le début du festival afin que tout le monde ait le temps de profiter de sa gratuité et de sa facile accessibilité. Toutefois, je dois avouer que je n’ai jusqu’à présent pas vu le film moi-même. Il s’avère qu’après un certain nombre de vues, il n’est plus possible de visionner le film sur la plateforme du festival. C’est ce qui m’est arrivée avec plusieurs films, dont Thirty. Ainsi, il n’est pas possible pour moi d’émettre un avis dessus. Par contre, je souhaitais lui consacré une page sur le blog car cela reste néanmoins une idée film et que le film parait intéressant.

Mais pour les personnes qui aurait pu le voir, qu’en avez-vous pensé ?

Helle Nächte (Nuits Claires)

Réalisateur: Thomas Arslan
Année: 2017
Avec: Georg Friedrich, Tristan Göbel, Marie Leuenberger

RESUME

Michael, ingénieur civil autrichien, vit avec sa petite amie à Berlin. Lorsqu’il apprend le décès de son père, il se rend en voiture avec son fils Luis, 14 ans, aux funérailles en Norvège. Michael voit à travers cet événement une occasion de renouer les liens avec son fils après des années d’absence. A la suite des funérailles, il lui propose de passer quelques jours de plus dans le pays. Un renouement complexe mais attentionné sur fond de ravissants paysages en plein cœur de la Norvège.

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • Le film est projeté pour la première fois à la Berlinale le 13 février 2017 dans le cadre du Golden Bear Competition. Il remportera d’ailleurs un Ours d’Argent du Meilleur acteur (pour Georg Friedrich).
  • Thomas Arslan a choisi ce décor au sein d’une région totalement isolé afin de créer une confrontation entre les deux personnages qui tentent de renouer des liens. Dans cette région, il n’y a pas de distractions ce qui force les personnages à communiquer pour se mettre d’accord et pouvoir se débrouiller.


NOTE PERSONNELLE

J’ai découvert Helle Nächte grâce aux archives du Festival du cinéma allemand de Paris.  Un film au style méditatif et allusif à travers lequel le réalisateur interroge la paralysie des sentiments. Des sentiments en proie aux variations météorologiques qui ponctuent la randonnée des deux protagonistes en plein renouement épineux. Mais c’est aussi une plongée dans la beauté des paysages norvégiens appuyés par une mise en scène minimaliste, dont le charme réside avant tout dans les silences et la difficile expression des sentiments. D’ailleurs cet aspect taiseux, car il y a en effet peu de dialogues et le débit de parole et relativement lent, rend l’histoire aisée à suivre et comprendre en allemand. Ce sont donc pour ces deux grandes raisons que je souhaitais partager cette œuvre, visuellement agréable et facile à suivre linguistiquement.

Wir sind der Nacht (Nous sommes la nuit)

Réalisateur: Dennis Gansel
Année: 2010
Avec: Karolin Herfurth, Nina Hoss, Jennifer Ulrich, Max Riemelt

k

RESUME

Lena, une jeune femme marginale et délinquante, se fait mordre par Luisa, une cheffe vampire. Après cette morsure, Lena rejoint leur groupe composé de deux autres vampires Charlotte et Nora et goûte aux joies du vampirisme. Si cette vie luxueuse et débridée est d’abord excitante, Lena commence à se détacher du groupe et se rapproche d’un policier duquel elle s’est amourachée. Néanmoins ce revirement ne sera pas sans conséquences et la vie bien tranquille de ce trio sera mis à mal.

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • Il s’agit pour Max Riemelt et Dennis Gansel de leur quatrième collaboration.
  • Le film a été tourné à Berlin.
  • Dennis Gansel avait été subjugué par Nina Hoss dans le film Das Mädchen Rosemarie en 1996. Il décide d’emblé de lui attribuer le rôle principal.
  • Le film mettra du temps à aboutir. En effet, le tournage est initialement prévu à l’automne 1999, mais le film ne verra finalement le jour qu’une dizaine d’années plus tard pour diverses raisons qui n’ont eu de cesse de retarder le projet.
  • Par ailleurs, Wir sind der Nacht bénéficiera du succès mondial de Twilight, qui remet le film de vampire au goût du jour. Cependant, cela coûtera quelques retouches au scénario afin d’éviter toutes similitudes avec Twilight.

NOTE PERSONNELLE

Je crois pouvoir dire que Wir sind der Nacht est mon premier film allemand (contemporain) de vampire. Une sorte de baptême du genre. Sinon avant cela j’avais vu « Nosferatu » de Friedrich Wilhelm Murnau (film muet que je recommande par ailleurs). Il ne s’agit pas de l’un des meilleurs films de vampire qu’il m’a été donné de voir, cependant je l’ai pris plutôt avec humour. Le film a au moins le mérite de ne pas poser comme sujet principal une romance niaise entre un vampire et une mortelle, bien qu’il possède également son lot de scènes mélodramatiques. Dans cette histoire on profite pleinement des avantages d’être une créature de la nuit qui peut tout se permettre dans une ville qui s’y prête à merveille: Berlin. Il conviendrait sans doute d’explorer un peu plus le genre dans le cinéma allemand afin de trouver ce qui se fait en matière de film de vampire. En attendant cette étude cinématographique capitale, voici un exemple à prendre avec gaité. Enfin, je trouvais aussi intrigant de voir Nina Hoss en cheffe vampire.

Coming In

Réalisateur: Marco Kreuzpaintner
Année: 2014
Avec: Katja Rieman, Klaas Heufer-Umlauf, Frederick Lau

RESUME

Tom Herzner, un homosexuel assumé, star dans le monde de la coiffure pour homme fait un tabac avec sa ligne de produits capillaires à Berlin et au-delà. Néanmoins, il doit désormais étendre cette gamme aux produits pour femme, une spécialité qu’il connait mal. Afin d’en savoir un peu plus, il décide de mener quelques recherches incognito. Pour cela, il trouve un poste chez la coiffeuse Heidi, une femme extravertie qui va bouleverser certaine certitude de Tom.

INFORMATIONS COMPELMENTAIRES

  • La comédie est le premier projet du think tank berlinois fondé en 2009 par Kreuzpaintner et les deux producteurs Gabriela Bacher et Fabian Wolfart.
  • L’histoire personnelle du réalisateur a servi de base au scenario. Il s’est inspiré de sa relation avec son premier petit ami qui à la fin de leur relation est sorti avec une femme, suscitant l’incompréhension et l’indignation dans l’entourage de Kreuzpainter.
  • Le tournage a eu lieu à Berlin et plus précisément à Mitte et Neukölln, au Grosser Stern, dans un salon de coiffure sur le Gendarmenmarkt et au Quatsch Comedy en dessous de Friedrichstadtpalast.
  • Toutefois, Berlin n’a pas été le choix premier du réalisateur. Initialement le film devait se déroulé à Londres et Orlando Bloom devait jouer le rôle principal. Mais l’acteur quitte le projet après les premières répétitions entraînant avec lui le retrait du financement. Kreuzpainter envisage ensuite Munich, mais pour des raisons financière le projet n’aboutis pas. Finalement, Berlin permettra au film de voir le jour.
  • Coming In a suscité diverses critiques notamment de la part de la communauté LGBT qui reprochait au flm de suggérer que l’homosexualité ne soit « qu’une phase de confusion ». Cependant, le réalisateur ne concevait pas ce film comme un discours politique ou une quelconque proposition pour « guérir l’homosexualité » mais bien comme une pure comédie, à travers une situation cocasse.

NOTE PERSONELLE

Coming in fait partie des comédies légères et récréatives que je propose dans le but de travailler son écoute de l’allemand. Découverte quand j’explorais la filmographie de Kostja Ullman, j’ai passé un bon moment en la regardant. C’est une comédie romantique des plus classiques où l’ont comprend très vite quel sera le couple et les obstacles à surmonter, néanmoins il reste toujours une toute petite incertitude sur les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Il ne faut pas chercher de grandes réflexions ou un film à messages avec cette comédie. Sinon, je suis tombée sur un avis, bien qu’un un peu tiré par les cheveux, il n’est pas complètement dénué de sens, c’est pourquoi j’avais envie d’en faire part. En effet, une personne faisait un parallèle entre cette histoire et celle de Roméo et Juliette. Deux êtres attirés l’un par l’autre, pourtant issu de deux monde peu compatible. Dans ce cas, l’un homosexuel, l’autre hétérosexuelle. La comparaison me semble un peu forte, toutefois il s’agit d’une vision des choses intéressantes. Comme quoi même le sujet le plus simple peu donner des analyses farfelues. Et vous, qu’est ce que ce film vous évoque ?

Fack Ju Göthe (Un prof pas comme les autres)

Réalisateur: Bora Dagtekin
Année: 2013
Avec: Elyas M’Barek, Karoline Herfurth, Katja Riemann

RESUME

Une classe difficile d’un lycée se voit attribuer un nouveau professeur. Jusque là rien de particulier, sauf que ce professeur est un ancien braqueur de banque embauché dans ce lycée par une série de hasards. Il va alors devoir donner le goût de l’apprentissage à des élèves récalcitrant, bien que la motivation de sa présence se trouve ailleurs. Une tâche épineuse que d’autres professeurs aguerris n’ont pas réussi à résoudre…

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

  • Le tournage a eu  lieu à Berlin et Munich. Notamment dans le lycée Lise-Meitner d’Unterhacing.
  • Le film fait partie du plus grand succès du box office allemand de l’année 2013. Il appartient au top 50 « des plus grand succès du box-office allemand depuis 1968 ».
  • Deux autres films ont suivis ce premier volet en 2015 puis 2017.

NOTE PERSONNELLE

Cette comédie m’a été recommandée à plusieurs reprises : une premières fois par des étudiantes allemandes; puis par mes élèves lorsque j’étais assistante de français en Allemagne. En revanche, d’autres jeunes allemands la déconseillaient fortement. D’autre part, il est l’un des plus gros succès au box-office allemand et a même eu le droit à une sortie en France. Bien qu’il divise, il possède indéniablement un ancrage bien marqué dans la culture allemande. Outres ces aspects, il s’agit d’une comédie sans prétention mais qui réussit sa mission de divertissement.

Dans un allemand pas toujours très soutenu, cette comédie n’a pas peur non plus du politiquement incorrect à travers la figure d’un professeur plutôt atypique incarné par un très charismatique Elyas M’Barek. Un film rafraichissant et haut en couleur à prendre aux seconds degrés. C’est pour toutes ces raisons, qu’il me semble être un film essentiel à regarder. Même si il est l’objet de discorde, je trouve utile, comme je l’ai déjà dis, de regarder le meilleur comme le pire et se faire soi-même une opinion. Qu’il plaise ou on il a le mérite d’être vu.